Accueil | Activités | Recherche | La localisation de l’aide dans la réponse à la crise des réfugiés syriens à Tripoli (Liban)

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

Quality & Accountability COMPAS COMPAS Qualité & Redevabilité
CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

La localisation de l’aide dans la réponse à la crise des réfugiés syriens à Tripoli (Liban)
décembre 2016 - février 2017, pour la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Dans le cadre de sa convention avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le Groupe URD a réalisé une étude sur le travail en partenariat avec des acteurs locaux (dit « localisation de l’aide ») dans l’agglomération de Tripoli, au Liban, dans le cadre de la réponse à la crise des réfugiés syriens. Cette mission s’inscrit dans la tradition de coopération entre la Région et la municipalité de Tripoli.

La question de la « localisation de l’aide » fut l’un des thèmes phare du Sommet humanitaire mondial de mai 2016. Outre le recours plus fréquent aux acteurs du Sud et le renforcement de leurs capacités, cette approche prônant un travail avec et au travers des institutions nationales implique des enjeux tels qu’une meilleure prise en compte de l’environnement institutionnel des pays d’intervention, ainsi que l’accès par les acteurs du Sud aux financements internationaux, et à une meilleure visibilité.

Le Groupe URD a réalisé dans le cadre de ce travail un diagnostic préliminaire aux futures actions de l’institut Bioforce soutenues par la Région. Ce diagnostic s’est concentré sur la ville de Tripoli ainsi que sur les communes environnantes. Il a recensé les modalités de la localisation, telle qu’elle était mise en œuvre à cette époque, a tâché de déterminer comment ces initiatives étaient perçues par les acteurs locaux, et si elles étaient en adéquation avec leurs attentes et leurs besoins. Il s’agissait enfin d’identifier d’éventuels risques propres à une implication et un soutien aux acteurs locaux dans le contexte tripolitain et les mesures de mitigation apportées le cas échant.