Accueil | Activités | Recherche | L’approche communautaire en milieu urbain en Haïti

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

Quality & Accountability COMPAS COMPAS Qualité & Redevabilité
CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

L’approche communautaire en milieu urbain en Haïti
août-octobre 2012

Ce travail s’est basé sur une recherche d’un mois de terrain à Port-au-Prince, du 19 août au 21 septembre 2012, qui a cherché à définir ce qu’est l’approche communautaire en milieu urbain. Pour cela, la recherche s’est attaché à éclaircir la notion de communauté en Haïti, et à éclairer les questions opérationnelles liées à l’approche communautaire.

L’approche communautaire est un terme largement usité par les acteurs de l’humanitaire et du développement en Haïti, mais ce concept englobe des réalités bien différentes selon les intervenants et plus encore, selon la perception des populations elles-mêmes. Pouvoir qualifier ce que ‘approche communautaire’ signifie en Haïti, étudier plus en profondeur à quelle réalité cette notion renvoie en milieu urbain, permet de mieux appréhender les questions de la participation des populations aux différentes phases du cycle des projets.

Dans le cadre des activités de l’Observatoire du Groupe URD en Haïti, le Groupe URD a conduit un projet de recherche opérationnelle et développer des outils visant à :

  • Étudier les programmes s’articulant autour d’une approche communautaire,
  • Approfondir les enjeux liés à ces approches dans le contexte urbain haïtien
  • Proposer une méthodologie contextualisée.

L’étude s’est consacrée à l’aire métropolitaine de Port-au-Prince, avec pour terrain principal la zone de Canaan, située au Nord de la capitale. Canaan a en effet été un site emblématique de la question de la reconstruction d’Haïti, suite au séisme du 12 janvier. Ce territoire d’environ 5 milles hectares, plutôt désertique, a été déclaré « zone d’utilité publique » pour « la relocalisation des victimes du 12 janvier » en mars 2010. Canaan fut en particulier investi alors que les camps de Port-au-Prince se fermaient, à partir de la fin 2011. Son développement s’est rapidement accru avec de nouveaux arrivants, jusqu’à constituer un vaste ensemble d’habitats informels.

En savoir plus