Accueil | Publications | Humanitaires en mouvement | Humanitaires en mouvement n°5 | Crises et souffrances psychiques : les programmes psychosociaux apportent des réponses

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

Quality & Accountability COMPAS COMPAS Qualité & Redevabilité
CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Crises et souffrances psychiques : les programmes psychosociaux apportent des réponses
Claire Pirotte

 

 Qu’est ce qu’un psycho-traumatisme ?

S’il est normal et universel qu’il y ait des désordres émotionnels immédiatement après un gros choc, on constate que la majeure partie des individus en métabolisent et surmontent plus ou moins rapidement les effets. Par contre, pour des raisons diverses, un certain nombre de personnes ou de groupes vulnérables se retrouve avec une forte diminution de leurs aptitudes à faire face. Les conséquences du traumatisme vont diminuer leurs capacités à organiser la survie et à s’adapter aux contextes difficiles de post-crise.

Si ces individus n’ont aucun recours pour se « reconstruire psychologiquement », confrontés aux multiples défis à relever dans ces contextes, leurs comportements violents, apathiques, addictifs, abandonniques pour l’éducation des enfants etc. vont retentir négativement sur eux-mêmes et sur l’ensemble de la communauté.
Donc, même si une partie de la prise en charge s’adresse à l’individu, les programmes psychosociaux visent l’ensemble des inter-relations de tous les membres d’une communauté afin qu’ils puissent faire front devant les difficultés, les déviances et la délinquance civile qui diminuent leurs propres capacités de relance au présent comme au futur. Au-delà de soulager la souffrance psychique individuelle qui est universelle, les programmes psychosociaux visent à soutenir les capacités des sociétés.

Or, à la différence des besoins vitaux, les conséquences des psycho-traumatismes s’observent à moyen et long terme.