Accueil | Activités | Évaluation | Evaluation de l’approche cluster - Phase II

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Evaluation de l’approche cluster - Phase II
juillet 09 - mars 2010, en lien avec GPPI, pour le IASC

Le Groupe URD et son partenaire allemand le ‘Global Public Policy Institute’ (GPPI) ont réalisé la phase II de l’évaluation des Clusters, le système de coordination sectorielle mis en place par les Nations unies.

L’approche Cluster a été adoptée en 2005, dans le cadre de la réforme humanitaire du système des Nations unies. Le Comité permanent Inter-agences (Inter-Agency Standing Committee (IASC)) a alors décidé de suivre la mise en œuvre de cette approche complexe via deux évaluations.

Tandis que la première, finalisée en 2007, s’est concentrée sur les processus mis en œuvre au niveau global, cette seconde évaluation s’est concentrée sur les résultats et les effets de l’approche Cluster au niveau plus spécifique des pays et du terrain. Un consortium constitué du Groupe URD et du Global Public Policy Institute (GPPi) a été sélectionné pour mener ce travail.

La Phase II de ce processus d’évaluation a permis de mesurer l’efficacité opérationnelle et les résultats de l’approche Cluster.

Des recommandations, au niveau global mais aussi pour chacun des pays étudiés, ont été proposées afin d’améliorer l’efficacité et l’efficience de l’approche Cluster, et de renforcer sa contribution à une assistance humanitaire appropriée et coordonnée.

Ce travail s’est organisé autour de six études de cas dans différents pays (Uganda, Tchad, RDC, Territoires Occupés palestiniens, Haïti et Myanmar) et des informations collectées au niveau central.
L’équipe d’évaluation a utilisé des méthodes à la fois qualitatives et quantitatives, et conduit, entre autres, une recherche documentaire, des visites de terrain, une analyse des données quantitatives, des interviews et des sessions de discussions en groupe avec les acteurs clefs, dont les agences des Nations unies, les ONG, les autorités nationales et locales, et les populations affectées.