Accueil | Publications | Livres | Villes afghanes, défis urbains : Les enjeux d’une reconstruction post-conflit

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Villes afghanes, défis urbains : Les enjeux d’une reconstruction post-conflit
Béatrice Boyer, Karthala, Paris, 2010

Mots-clés: Asie du Sud /

L’Afghanistan est plus connu pour ses steppes mythiques, ses montagnes arides et ses fiers habitants que pour ses zones urbaines. Pourtant, les « villes afghanes » sont confrontées depuis quelques dizaines d’années à un phénomène d’urbanisation d’une grande ampleur, mais qui reste chaotique et la plupart du temps illégal. Dans ce contexte d’anarchie spatiale, épuisées par plusieurs décennies de conflits, de déplacements forcés, d’exils et de retours pleins d’espoirs, les populations urbaines afghanes tentent de survivre. En 2001, date du début de l’enquête à la base de cet ouvrage, l’attente d’une amélioration était très forte avec l’arrivée de l’aide internationale.

Depuis, Kaboul est devenue une ville phare, focalisant l’attention internationale sur les évolutions du processus de reconstruction. S’y côtoient la majorité des structures d’intervention en situations de post-crise. En dépit des aléas politiques et des engagements militaires plus ou moins contestés qui occultent les enjeux d’une sortie de crise, pourtant très souhaitée par la population locale, un immense effort reste à faire, presque dix ans après, pour aider le pays et la société afghane à se reconstruire.

Dans la période « grise » actuelle, instable et faite d’insécurités, les autorités afghanes et les acteurs internationaux en présence, responsables de la reconstruction, découvrent avec beaucoup de lenteur que le processus passe de façon incontournable par des interventions dans les villes, que ce soit dans la capitale, à Jalalabad ou à Mazar e Charif et ailleurs.

Analysant les besoins considérables du pays en urbanisme, ce livre pose, pour l’Afghanistan comme pour l’action internationale en général, la pertinence de la « question urbaine », un sujet apparemment inédit pour les Afghans et mal connu des acteurs de l’aide. L’observation in situ, les entretiens, l’analyse des différents phénomènes d’urbanisation et de la perception qu’en ont chacune des parties, offrent ici des matériaux d’échanges sur les stratégies de l’aide à adopter pour des contextes urbains affectés par des crises.