Accueil | Activités | Colloques et Conférences | UAH 2006 : l’espace humanitaire en danger

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

UAH 2006 : l’espace humanitaire en danger

Le sujet abordé cette année est un enjeu préoccupant et malheureusement d’actualité pour l’ensemble des acteurs de l’aide humanitaire. Depuis plusieurs années, de nombreux observateurs de terrain décrivent un processus inquiétant de réduction de l’espace humanitaire. Le contexte géopolitique et les enjeux géostratégiques ont de plus en plus d’impact sur l’assistance humanitaire et les capacités de porter secours aux populations affectées. Comment les humanitaires peuvent-ils exercer leur métier aujourd’hui ? Volontarisme, indépendance, neutralité, impartialité … les fondements de l’humanitaire sont aujourd’hui questionnés, mettant en danger l’existence de cet espace symbolique dans lequel il opère. Pour quelles raisons ? Quelles conséquences sur notre action ? Les mandats restent-ils adaptés ou l’humanitaire de demain doit-il changer de nature ?

Une dizaine d’intervenants ont animé les débats afin de s’interroger sur les facteurs géopolitiques et leurs impacts qui influent sur l’espace humanitaire (Guerre Totale contre le Terrorisme, mélange humanitaire-militaire, remise en cause du Droit International Humanitaire, insécurité grandissante dans nombre de pays), mais aussi sur les changements du cadre opérationnel tels que les réformes de l‘appareil institutionnel onusien et européen, certaines évolutions des mécanismes de financements, etc.

Face à la complexité et aux enjeux de cette problématique, nous avons souhaité réunir une large palette d’acteurs d’horizons et de nationalités différentes. Ces débats ont mobilisé une gamme variée et représentative des praticiens de l’humanitaire, allant de nombreuses ONG françaises et européennes (MSF, Oxfam, AMI-Fondation Portugal, Triangle, Cafod, Croix Rouge etc.), à des représentants de bailleurs de fonds (USAID), de l’appareil institutionnel français (DAH), de l’OTAN, d’agences des Nations unies (Unicef, PAM, WFP), instituts ou réseaux de recherches et de formations (ALNAP, Coordination Sud, IECAH, CESH), consultants indépendants et étudiants.