Accueil | Réduction des risques de catastrophes

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Réduction des risques de catastrophes

Dans un monde sans cesse plus fragile et vulnérable, l’intégration de la problématique de gestion des crises au sein des politiques de développement devient de plus en plus urgente. La prévention et la préparation aux désastres sont des éléments essentiels des acteurs de l’aide internationale. Par le biais d’évaluations et de projets de recherche, le Groupe URD contribue à cet effort d’anticipation et de réflexion pour tirer les leçons des catastrophes passées et mieux préparer l’avenir.

Les efforts durant la décennie internationale pour la réduction des risques naturels (IDRNR) et la mise en place d’un secrétariat international permanent sur ces sujets (ISDRNR) ont encore peu fait évoluer les pratiques. Les récentes expériences du séisme en Haïti en Janvier 2010, du Tsunami de décembre 2004, de l’ouragan Katrina aux Etats-Unis, du drame de Java en 2006, etc., et la multiplication des crises alimentaires dans la bande sahélienne et sahélo-soudanaise témoignent régulièrement, de façon brutale, de l’importance des programmes de prévention, de préparation et d’alerte.

Les décideurs internationaux ont aujourd’hui pris conscience de l’importance du sujet, notamment avec les déclarations faites après la Conférence de Kobé en février 2005. Pour autant, il n’est pas toujours facile de faire le point face à la multiplicité des interventions et des méthodes : mouvement Croix-Rouge, protections civiles des pays en crise et des pays intervenants extérieurs, UNDAC, ONG spécialisées et plus généralistes, etc.

Il s’agit pour cela d’avancer sur plusieurs axes :

  • Assurer une meilleure compréhension des enjeux, de leur complexité et de leurs multiples facettes géographiques et phénoménologiques ;
  • Participer aux efforts internationaux qui visent à développer un argumentaire sur ces questions pour les décideurs (planificateurs, bailleurs et décideurs nationaux) ainsi que des plan d’action ;
  • Contribuer au développement d’une palette d’outils (stratégiques et opérationnels) pour aider les acteurs dans les secteurs de l’analyse et de la prévision (théorie des « hot spots », travaux sur la vulnérabilité et sur les systèmes d’alerte), la préparation et la prévention.

La réduction des risques de catastrophes est un axe central dans de nombreux projets de recherches et évaluations du Groupe URD.

Pour plus de renseignements, contacter François Grünewald

Les projets du Groupe URD liés à cette thématique :

Articles archivés :

Les articles de la revue "Humanitaires en Mouvement" liés à cette thématique :

En savoir plus

Séismes - Quelques leçons du Népal, François Grünewald, Préventique – No 144, janvier 2016
Pour une cartographie locale des « systèmes à risques » dans le cadre du changement climatique, François Grünewald, Les Grands Dossiers de Diplomatie n° 30, décembre 2015-janvier 2016
Aggravation des risques et des enjeux humanitaires dus au climat - Gestion de crise et anticipation, François Grünewald, Les Grands Dossiers de Diplomatie n° 30, décembre 2015-janvier 2016
Urban preparadness, Kathmandu, full report, 2014
Manuel Résilience, en français, février 2013
Programme atelier RESILIENCE, Dakar, 26.27 fevrier 2013
Humanitaires en mouvement n°11, N° spécial " Résilience "
La résilience : concept porteur ou mot à la mode ?, François Grünewald, Jeroen Warner, août 2012
UNDAC Review report, en anglais, décembre 2011
Haiti : les enseignements de la catastrophe , F. Grünewald, revue Humanitaire, décembre 2010, n°27, pp.66 - 77
« Hot Spot ! Comment mieux réfléchir aux risques à venir », François Grünewald, Diplomatie, décembre 2007-janvier 2008, hors série n°4, pp 14 à 23.