Accueil | Newsletter | Les défis de l’action humanitaire en RCA

La revue du Groupe URD

Outils et méthodes

CHS Norme humanitaire fondamentale (CHS)
Pictogrammme Sigmah Logiciel Sigmah
Pictogrammme Reaching Resilience

Reaching Resilience
Pictogrammme brochure Formation Environnement
Pictogrammme brochure Manuel participation
Pictogrammme COMPAS Méthode COMPAS
Pictogrammme globe terrestre "Mission Qualité"
Pictogrammme PRECIS Humatem Méthode PRECIS

Les défis de l’action humanitaire en RCA

Prise dans un cycle de violence renouvelée, surtout dans les zones rurales, la RCA voit les incidents de sécurité se multiplier à l’égard des ONG et les problèmes de protection des populations s’aggraver. C’est dans ce contexte que le Comité de Coopération des ONG a décidé d’organiser un atelier de réflexion sur les modalités de livraison de l’aide humanitaire en RCA les 11 et 12 octobre à Bangui. L’objectif fut d’analyser collectivement les défis et les contraintes qui entravent l’assistance aux populations vulnérables, afin de formuler des recommandations opérationnelles pour dépasser ces difficultés. Le Groupe URD a fait partie de l’équipe qui a animé ces deux jours de travail collectif.

L’atelier a permis de faire le point sur les questions d’accès et de sécurité mais aussi sur les relations entre les ONG internationales, la Mission intégrée multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA), les institutions nationales ainsi que les groupes armés. Le rôle des bailleurs de fonds, et au-delà de la communauté internationale, sur les enjeux de Droit International Humanitaire (DIH) fut rappelé, même si une partie des conflits, notamment ceux opposant agriculteurs et éleveurs ou éleveurs entre eux, sont du domaine « infra-DIH ». L’importance d’assurer la flexibilité et l’agilité des opérations, donc des mécanismes de financement, a également été soulignée. Les capacités de mobiliser des financements à court terme et de travailler sur une certaine durée pour accompagner les processus complexes de la crise et des espoirs de sortie de crise, s’avèrent essentielles et des innovations comme le Fonds Békou sont très appréciables. Tout au long de cet atelier, les mots « respect », « connaissance », « agilité », « négociation », « flexibilité » ou encore « dialogue » n’ont cessé de revenir dans des débats très riches, prouvant une vraie capacité d’introspection des ONG présentes à Bangui.